Y-a-t-il un Pandemrisque ?

Grippe A : Le vaccin Pandemrix de GSK est-il vraiment anodin ?

Roselyne Bachelot : La pharmacovigilance de l’autruche...

Au 25 novembre, la communication officielle française faisant état de seulement 107 effets indésirables bénins à sérieux pour 200 000 vaccinations par le PANDEMRIX du laboratoire britannique GlaxoSmithKline (GSK) est surprenante. Ces chiffres homéopathiques ne semblent pas refléter la réalité du terrain.

En effet pratiquement tous les collègues médecins ou patients vaccinés décrivent des effets secondaires certes en général bénins mais pas négligeables. Par rapport à ceux qui ont bénéficié quelques semaines auparavant du vaccin contre la grippe saisonnière, les réactions locales et générales après le PANDEMRIX de GSK sont en général plus intenses et surtout beaucoup plus fréquentes.

L’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé en charge de la pharmacovigilance n’autorise la télédéclaration par les professionnels de santé que des seuls effets pouvant mettre au minimum en danger la vie du patient. Pour les réactions de sévérité moyenne il faut utiliser le papier. Pourtant ses statistiques écrémées sont utilisées par les pouvoirs publics pour attester de la bénignité de ce vaccin et convaincre la population !

Pourquoi la première vague de vaccinés composée pourtant de professionnels de santé parfaitement aptes à décrire les symptômes n’a t-elle pas été interrogée systématiquement après la vaccination ?

Actuellement la Grippa ne déferle pas sur l’hexagone avec la virulence barbare des tribus de H1N1 emmenées par un nouvel Attila. Il n’y a pas le feu viral dans les villes et les campagnes. Avec les incertitudes soulevées par le grand nombre des réactions post-vaccinales, ne serait-il pas sage de proposer un moratoire sur la vaccination par le PANDEMRIX en attendant les résultats d’une enquête sur la fréquence des effets secondaires chez les professionnels de santé vaccinés ?

Notre Ministre de la santé est en pleine phase de dramatisation pandémique. Les théoriciens du complot expliquent qu’il lui faut écouler les stocks. Le fait que la France ait acheté quelques dizaines de millions de doses de PANDEMRIX justifie-t-il cette politique de l’autruche sur la pharmacovigilance ?

Sur le plan de la santé publique, est-il « rentable » ou raisonnable de rendre malade, heureusement de manière bénigne, quelques millions de français afin d’éviter que quelques milliers développent une forme grave de la grippa et que quelques centaines en décèdent ?

Comme d’autres professionnels de santé, j’ai été vacciné par le PANDEMRIX de GlaxoSmithKline (GSK). Ce vaccin, initialement développé contre la grippe aviaire H5N1, comporte le très médiatique adjuvant AS03 [1] à base de de squalène (10,69 milligrammes), mélangé à 3,75 microgrammes d’un antigène analogue à la souche A/California/7/2009 (H1N1). L’intérêt de l’adjuvant est surtout économique pour le fabriquant car il permet de diminuer considérablement la dose du coûteux antigène. Ainsi dans le classique VAXIGRIP on trouve trois antigènes grippaux dosés chacun à 15 microgrammes. Avec ce type de vaccin pandémique, après développement et test d’un d’un “prototype” du vaccin avec l’antigène H5N1, on a remplacé ce composant par la souche virale H1N1 à l’origine de la pandémie actuelle.
Ce vaccin est préparé avant injection en mélangeant 2,5 ml de d’antigène en suspension et 2.5 ml d’adjuvant. Il permet 10 injections.
Contrairement à ce qui avait été promis, il n’y avait pas le choix. C’était pour tous PANDEMRIX ou PANDEMRIX. Quant on a patienté en faisant la queue parfois deux ou trois heures on se sent obligé d’accepter ce vaccin malgré les doutes sur l’adjuvant.

Le PAMDENRIX secoue son homme !

Alors que le vaccin VAXIGRIP contre la grippe saisonnière pratiqué quelques jours auparavant ne m’avait occasionné aucune réaction, j’ai été désagréablement surpris d’avoir des effets secondaires relativement importants le lendemain. En plus d’une douleur et d’un érythème au point d’injection, l’ensemble du bras et de l’avant bras ainsi que les muscles de l’épaule étaient douloureux. Je me sentais fébrile avec des frissons, des courbatures et des céphalées. Il a fallu 48 heures pour que les symptômes s’estompent.
Ma femme, elle aussi vaccinée, a eu aussi une réaction locale. J’ai téléphoné à d’autres médecins vaccinés et la grande majorité m’a déclaré avoir eu des effets indésirables certes bénins mais beaucoup plus sévères que lors de la vaccination contre la grippe saisonnière.
Certains de mes patients faisant partie des “groupes à risques” ont eux aussi subi cette même vaccination dans des centres. Je leur ai posé aussi la question des effets secondaires. A l’identique et en très grande majorité, ils ont souffert de myalgies localisées ou étendues à l’ensemble du bras, de courbatures, voire pour certains de syndromes fébriles à 38°5 pendant un à deux jours. Un chauffeur de camion m’a même dit avoir eu le bras vacciné ankylosé pendant 4 jours ce qui l’a handicapé dans son activité professionnelle.
Sur une vingtaine de personnes interrogées, seuls deux n’ont rien ressenti dans les jours suivants.

S’agit-il d’une épidémie locale d’effets indésirables pour ce vaccin ?

Peut-être que ces nombreux cas de réactions aux vaccins sont spécifiques aux lots utilisés dans la région nantaise ? Une enquête rapide utilisant les listes de diffusion démontre que le phénomène touche toute la France médicale.
Les toubibs qui travaillent toute la journée entourés de tousseurs, de cracheurs et de renifleurs serraient-ils plus sensibles que la population qui après eux va être vaccinée par le même vaccin ?
Cette grande fréquence d’effets indésirables en général bénins est-elle secondaire à l’antigène vaccinal ou au fameux adjuvant à base de squaléne ?

Sur le site de l’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé on peut lire :
« Entre le 21 octobre et le 15 novembre 2009, environ 200 000 doses de vaccin PANDEMRIX ont été administrées, d’abord aux personnels de santé, médico-sociaux et de secours des établissements hospitaliers, puis à partir du 12 novembre 2009 à certaines catégories de personnes prioritaires dans des centres de vaccination dédiés. Durant cette même période, l’Afssaps a eu connaissance de 107 signalements d’effets indésirables par un professionnel de santé.
La majorité des cas rapportés (95.3%) a été d’intensité bénigne à modérée. Le système de pharmacovigilance a enregistré 94 signalements d’effets indésirables
 »

Réactions au site injection
Douleur 61 sur 200 000
Réactions inflammatoires 32 sur 200 000
Réactions allergiques
Érythème 9 sur 200 000
Urticaire général 1 sur 200 000
Urticaire localisé 3 sur 200 000
Œdème du visage 1 sur 200 000
Réactions générales
Fièvre 19 sur 200 000
Maux de tête 24 sur 200 000
Fatigue 24 sur 200 000
Syndrome grippal 24 sur 200 000

Pourtant la notice d’emploi du Pandemrix est nettement plus pessimiste :

Très fréquent (affecte plus de 1 personne sur 10) :
- Maux de tête
- Fatigue
- Douleur, rougeur, gonflement ou induration au site d’injection
- Fièvre
- Douleurs musculaires, douleurs articulaires
Fréquent (affecte 1 à 10 personnes sur 100) :
- Chaleur, démangeaison ou bleu au site d’injection
- Sueurs, frissons, symptômes pseudo-grippaux
- Gonflement des ganglions du cou, des aisselles ou de l’aine
Peu fréquent (affecte 1 à 10 personnes sur 1 000) :
- Picotements ou engourdissement des mains ou des pieds
- Somnolence
- Sensations vertigineuses
- Diarrhées, vomissements, douleurs abdominales, nausées
- Démangeaisons, éruption cutanée
- Malaise
- Insomnie
- Réactions cutanées généralisées y compris urticaire
Rare (affecte 1 à 10 personnes sur 10 000) :
- Réactions allergiques pouvant conduire à une baisse sévère de la pression artérielle qui, si elle n’est pas traitée, peut conduire à un choc
- Convulsions
- Douleurs sévères pulsatiles ou lancinantes sur le trajet d’un ou plusieurs nerfs
- Taux anormalement bas de plaquettes pouvant entraîner des saignements ou des bleus
Très rare (affecte moins de 1 personne sur 10 000) :
- Vascularite
- Troubles neurologiques tels que encéphalomyélite, névrite et syndrome de Guillain-Barré

Le parcours du combattant de la déclaration

L’AFSSAPS précise « Le suivi national de pharmacovigilance renforcé repose sur la notification des événements indésirables médicamenteux par les professionnels de santé au réseau national des 31 centres régionaux de pharmacovigilance (CRPV) et aux laboratoires pharmaceutiques. Ainsi tout médecin, chirurgien-dentiste, pharmacien ou sage-femme ayant constaté un effet indésirable grave ou inattendu susceptible d’être dû à un médicament, qu’il l’ait ou non prescrit, doit en faire la déclaration immédiate au CRPV. Tout autre professionnel de santé (personnel soignant) peut également notifier. Des formulaires de déclaration à remplir en ligne ou à télécharger sont disponibles à leur attention sur le site de l’Agence (http://www.afssaps.fr/ ). » Premier écueil, on ne donne pas le lien direct vers le formulaire de déclaration. Il faut le chercher sur le site. Les adeptes de la“ théorie du complot” vont y trouver un premier argument.

Pour les professionnels de santé c’est ici.
Ensuite c’est le parcours du combattant :

- Le premier lien ouvre la « Télédéclaration par les professionnels de santé des événements indésirables graves susceptibles d’être dus aux vaccins ou aux médicaments antiviraux ».

J’ai commencé à la remplir mais pour la valider il faut absolument choisir les “Critères de gravité de l’événement” !

Bien évidemment les effets secondaires dont j’ai été affecté ne sont quand même pas « Susceptible de mettre la vie en danger ».

- Ce n’est pas le bon endroit donc. Il faut cliquer sur le deuxième lien. Hélas ce n’est pas une télédéclaration mais un formulaire PDF qu’il faut imprimer, puis remplir à la main et enfin envoyer par la poste ou faxer.
C’est chronophage et on renonce. Il est donc impossible de les télédéclarer.
Quant aux patients, dans ce “Jeu de l’Oie” de la pharmacovigilance, ils ne peuvent pas déclarer eux même. Ils sont obligés de passer par la case professionnel de santé.

Quelques jour plus tard, je vois en consultation un autre de mes patients qui vacciné le 19 novembre, avait été affecté 24 heures plus tard par la désormais classique douleur du bras et de l’avant bras pendant 3 jours. Mais depuis le 26 novembre et dans un deuxième temps, il présente une importante réaction locale au point d’injection (induration de 12 cm sur 5 cm) associée à une éruption maculaire importante sur le tronc et la racine des membres. Comme cet homme est asthmatique sévère, cet effet semble rentrer dans la catégorie des cas télédéclarables.
Et bien le formulaire n’est pas adapté. Une seule case est prévue pour saisir le numéro du lot !
Or comme indiqué sur la fiche remise au patient, pour le Panderix il y un numéro de lot pour l’antigène et un autre pour l’adjuvant. Lequel choisir ? En outre le numéro de l’antigène écrit à la main est peu lisible.
Après envoi de la télédéclaration, j’ai eu un message indiquant : « Votre déclaration portant le numéro 48 a été enregistré et transmise au CRPV de Nantes ».

La procédure officielle de déclaration des effets indésirables pour le PANDEMRIX est assez dissuasive et ne peut-on donc que minorer les déclarations d’effets indésirables.
Or on peut estimer qu’un vaccin qui présente de nombreux effets secondaires bénins ou modérés risque potentiellement d’entrainer plus d’effets indésirables graves qu’un produit qui n’entraine que peu de réactions.

Au Canada on signale un nombre inhabituel de réactions allergiques graves chez des gens immunisés par un lot produit par le laboratoire GlaxoSmithKline (GSK).
« Les agences réglementaires canadiennes, qui comme dans les autres pays surveillent la survenue en temps réel des effets indésirables, ont repéré un niveau cinq fois plus élevé de réactions anaphylactiques, soit 1 pour 20 000, chez des personnes ayant reçu un lot particulier du vaccin AREPANRIX ».
Avec ce lot suspect retiré, six réactions graves avaient été retrouvées. Sur ce lot de 172 000 doses, 15 000 n’ont pas été administrées.

En France c’est un autre vaccin de GlaxoSmithKline qui est actuellement utilisé. Selon le laboratoire, l’AREPANRIX utilisé au Canada différerait du PANDEMRIX commercialisé en France par les antigènes utilisés et le processus de fabrication.

Selon une dépêche de l’AFP, interrogée à ce sujet, Roselyne Bachelot, en visite dans un collège parisien pour l’inauguration de la campagne vaccinale des collégiens et lycéens, a déclaré mercredi 25 novembre : « Le vaccin dont il s’agit n’est pas utilisé dans notre pays ». Elle poursuit : « C’est une question classique en terme de pharmacovigilance. Le lot défectueux a été retiré de la circulation immédiatement, ce qui montre l’importance de la traçabilité. »

Pourtant à la lecture des documents officiels destinés à autoriser les vaccins Arepanrix au Canada et Pandemrix en France, force est de constater que contrairement à ce qui a été affirmé par Roselyne Bachelot, ces deux vaccins sont identiques, seuls les noms diffèrent :

PANDEMRIX (France) AREPANRIX (Canada)
ANTIGENE A/California/7/2009 (H1N1)v-souche analogue (X-179A) 3,75 microgrammes cultivé sur oeufs A/California/7/2009 (H1N1)v-souche analogue (X-179A) 3,75 microgrammes cultivé sur oeufs
ADJUVANT L’adjuvant AS03 est composé de squalène (10,69 milligrammes), de DL-α-tocophérol (11,86 milligrammes) et de polysorbate 80 (4,86 milligrammes) L’adjuvant AS03 est composé de squalène (10,69 milligrammes), de DL-α-tocophérol (11,86 milligrammes) et de polysorbate 80 (4,86 milligrammes)

Cliquez sur les liens PANDEMRIX et AREPANRIX pour accéder aux documents officiels

Pourquoi n’a t-on pas interrogé les professionnels de santé vaccinés ?

Chaque jour de nombreux patients nous interrogent sur l’intérêt de vaccination de masse contre le péril H1N1.
Rappelons que le corps médical est partagé, comme le Docteur Dominique Dupagne qui pèse le pour et le contre dans cet article : Faut-il ou non se faire vacciner contre la grippe ?.

Pour un vaccin d’exception comme le PANDEMRIX qui a eu une autorisation de mise sur le marché TGV et dans lequel entre un adjuvant qui fait polémique, on peut être surpris de cette procédure déclarative volontaire !
Pus étonnant encore, pourquoi le Ministère de la Santé n’a t-il pas jugé utile d’interroger systématiquement tous les professionnels de santé vaccinés 48 heures après l’injection ?

Lire aussi sur ce site :

Quelques témoignages 2.0 du Club des médecins et patients Pandemrixés...

Lire aussi sur d’autres sites :

-  Grippe A. « Un niveau de précaution délirant ». Pour le Docteur Philippe Foucras, généraliste et président du Formindep, un collectif de médecins pour une information indépendante, la campagne actuelle menace la crédibilité des autorités.
- Le Docteur Dominique Dupagne, un généraliste parisien, pèse le pour et le contre dans cet article : Faut-il ou non se faire vacciner contre la grippe ?.
- Union Généraliste : La Grippe A vue de la France d’en bas : Histoires vécues sur le terrain dans le pays le mieux préparé du Monde pour faire face à la pandémie grippale H1N1.

Pour réagir à cet article ou témoigner, utilisez ce forum :

Le docteur Jean-Jacques Fraslin n’a aucun lien d’intérêt avec des entreprises commercialisant ou fabriquant des produits de santé (article L4113-13 du CSP) ou les fabricants de masques et de solutions hydro-alcooliques.

[1] Le vaccin PANDEMRIX contient un « adjuvant » (AS03) pour induire une meilleure réponse immunitaire. Cet adjuvant contient du squalène (10,69 milligrammes), du DL-α-tocophérol (11,86 milligrammes) et du polysorbate 80 (4,86 milligrammes).

publié le 25 novembre 2009 par @Fraslin

Poster un nouveau commentaire

22 commentaire(s)
Grippe A : Le vaccin Pandemrix de GSK est-il vraiment anodin ? - 21 mars 2012, par CAUCHOIS
depuis ma vaccination contre la grippe H1N1 en nov 2009 avec pandemrix de gsk, mon état de santé c’est gravement déterioré, de nombreuses analyses ont été réalisés sans trouver la moindre anomalie. par ailleurs j’ai trouvé sur le net deux personnes de haute normandie qui presentent la meme pathologie, les memes symptomes que les miens et dans le meme delai apres l’injection de ce vaccin. nos symptomes sont exactement ceux déclarés par les veterans de la guerre du golf. j’ai lu une étude américaine, qui mentionnait une réaction anormale du systeme immunitaire face au squaléne endogène et exogène, celui ci se dirige contre les cellules squalène humaine du patients de façon définitive.la totalité des veterans souffrant de ce syndrome présentait tous un niveau tres élevé d’autoanticorps anti squalene. nous cherchons d’autres personnes souffrant de la meme pathologie : insomnie, fatigue intense, sommeil non reparateur, douleurs articulaires et musculaires, trouble de la temperature corporelle avec suées frequentes, douleurs intestinales...pour creer une association de defense et obtenir une etude scientifique de notre maladie pour plus d’info me contacter cauchois.yvon@orange.fr
Grippe A : Le vaccin Pandemrix de GSK est-il vraiment anodin ? - 25 février 2011, par m sab - Médecine

Bonsoir,

Je me suis fait vacciné par ce vaccin le Pandermrix, mais a part des courbatures musculaires pas d’autres effets secondaires notables ... donc ça dépend de la personne peut être aussi de l’immunité de chacun ..

Grippe A : Le vaccin Pandemrix de GSK est-il vraiment anodin ? - 1er mai 2010, par Laiza

Bonjour,

C’est à se demander si la santé ne passe pas après des considérations économiques et financières. Qui faut-il croire ?

Laiza

Grippe A : Le vaccin Pandemrix de GSK est-il vraiment anodin ? - 12 décembre 2009, par Minga - Pandemrix : vaccin-miracle ou sérieux problème de pharmacovigilance ?
D’ailleurs, ce qui est proprement miraculeux, avec le Pandemrix, c’est que sur 1500000 personnes vaccinées, aucune ne soit décédée dans les heures suivant la vaccination, selon l’Afsapps. Ailleurs en Europe, sur 5,7 millions de personnes vaccinées, on déplore 55 décès dans les heures suivant la vaccination avec le Pandemrix, selon l’EMEA (l’agence européenne chargée des autorisations et de la pharmacovigilance). Faut-il désormais, Roselyne, élargir son AMM, et le prescrire aussi comme soin anti-âge ? Ou faut-il s’inquiéter pour la pharmacovigilance à la française ?
Grippe A : Le vaccin Pandemrix de GSK est-il vraiment anodin ? - 10 décembre 2009
j’ai 21 ans , je suis en bonne santé , mais on m’ a incité à me faire vacciné , résultat : les maux de tête , frissons , fatigue , douleurs au bras ont disparue 48 h après . Mais 5 jours après la vaccination (Pandemrix)j’ai toujours une légère sensation de vertige qui revient ponctuellement ...
Grippe A : Le vaccin Pandemrix de GSK est-il vraiment anodin ? - 9 décembre 2009, par bea

"Sur le plan de la santé publique, est-il rentable de rendre malade, heureusement de manière bénigne, quelques millions de français afin d’éviter que quelques milliers développent une forme grave de la grippa et que quelques centaines en décèdent ?"

vous irez expliquer cela à la famille des centaines de victimes de la grippe A. La vie a un cout pour vous. tres bien : belle mentalité de medecins qui ne pensent qu’au blé !

Grippe A : Le vaccin Pandemrix de GSK est-il vraiment anodin ? - 8 décembre 2009, par AnesthesisteM -Je suis medecin anesthésiste-réanimateur allemand et je travaille en France depuis quelques années dans un service d’anesthésie –réanimation. - Un Moratoire sur la vaccination

Vous ecrivez : "Actuellement la Grippa ne déferle pas sur l’hexagone avec la virulence barbare des tribus de H1N1 emmenées par un nouvel Attila. Il n’y a pas le feu viral dans les villes et les campagnes. Avec les incertitudes soulevées par le grand nombre des réactions post-vaccinales, ne serait-il pas sage de proposer un moratoire sur la vaccination par le PANDEMRIX en attendant les résultats d’une enquête sur la fréquence des effets secondaires chez les professionnels de santé vaccinés ?"

Je crois que le temps est venu, pour mettre en pratique une telle idée…Il y a beaucoup des confrères, pour l’instant dans l’ombre, qui ne sont pas d’accord avec cette vaccination –tous ensemble, ne pourrait-on faire une sorte de lettre ouverte pour Madame Bachelot ? Savez-vous s’il y a des telles initiatives ? Cordialement, Anesthésiste http://sinformeravantvaccination.blogspot.com/

Grippe A : Le vaccin Pandemrix de GSK est-il vraiment anodin ? - 8 décembre 2009, par jéjé
le ’docteur’ m’a refusé le vaccin neutre hier soir... . resultat piqué au pandermix... le soir meme : impossible de dormir-nuit blanche-, le lendemain -aujourd’hui- courbature qui commencent dans le bas et maintenant s’étendent a l’épaule et la nuque. mal de crane intense.. fatigue.. impossible de se concentrer sur quoi que ce soit, fievre et nausées... bref apres coup... je dis merci au medecin .. (ton ironique)
Grippe A : Le vaccin Pandemrix de GSK est-il vraiment anodin ? - 7 décembre 2009

Hum le panenza ne figure plus dans la liste des vaccins

http://www.pandemiedegrippe.com/grippe-porcine/vaccin/

il y figurait il y a 1 semaine.

Si SANOFI PASTEUR ne fournis plus la France, pour un labo Français c’est très grave, j’espère que c’est une erreur du tableau

Grippe A : Le vaccin Pandemrix de GSK est-il vraiment anodin ? - 6 décembre 2009, par *_lo_*

Vous avez dit bizarre ? Dès qu’on commence la vaccination massive, la courbe des consultations pour infections respiratoires aiguës liées à la grippe "se casse" et fait un sérieux bond (chiffres INVS).

http://i16.servimg.com/u/f16/10/06/36/50/graphi10.jpg

Grippe A : Le vaccin Pandemrix de GSK est-il vraiment anodin ? - 6 décembre 2009, par sandy
je suis vaccinée avec le pandemrix depuis le 1 decembre. La douleur au point d’injection a duré 3 jours, par contre les maux de tête sont toujours là au bout de 5jours ! Rien de grâve mais je me sens bien flagada !
Grippe A : Le vaccin Pandemrix de GSK est-il vraiment anodin ? - 4 décembre 2009, par Stéphane
Vaccinés (1BB, 2 adultes) le 03/12 et le soir même ma femme constatait une forte douleur dans l’épaule "piquée". En ce qui me concerne, rien le soir même mais tout à changé depuis cette nuit. épaule très douloureuse et fatigue. Ma fille ayant reçu un autre vaccin pète la forme...Rien de bien dangereux ou de très désagréable la norme pour une vaccination efficace.
Grippe A : Le vaccin Pandemrix de GSK est-il vraiment anodin ? - 4 décembre 2009, par ssylvain
Vacciné le 12/11/09 avec PANDEMRIX, j’ai immédiatement ressenti douleurs, lléger maux de têtes. Mais à J+13, me sont apparues des polyarthralgies "migrantes" avec exacerbation nocturne (arthrites). Je précise que jusque là, rien de bien méchant dans ma vie notamment en auto-immun. Traité par AINS, rétablissement incomplet. J’espère une amélioration rapide. Si quelque autre confrère ont des notions similaires, je voudrais bien en être informé.
Grippe A : Le vaccin Pandemrix de GSK est-il vraiment anodin ? - 3 décembre 2009, par expatvero
Vaccin avec Pandemrix effectué en Allemagne le 17 novembre chez un médecin généraliste !! (j´ai attendu 10 minutes pour me faire vacciner, qui dit mieux ??) Réactions : bras douloureux au toucher,chaud et enflé pendant 4 jours. La réaction est différente de celle suite à la vaccination de la grippe saisonnière (fatigue générale), mais ce n´est pas bien méchant. Mon fils de 12 ans n´a, par contre, eu aucune réaction avec le même vaccin.
Grippe A : Le vaccin Pandemrix de GSK est-il vraiment anodin ? - 3 décembre 2009, par steph
mon mari et moi nous avons été vaccinés hier aprés midi. j ’ai ressenti 20 minutes plus tard, des fourmies dasn le bras piqué ; Et depuis ce matin une forte douleur musculaire haut du bras et épaule,avec difficulté à mouvoir le bras et grosseur au niveau de l ’injection ; mon mari lui n’a pas de douleur musculaire mais il est flagada, envie de dormir, frissons. Nos enfants ont reçu le vaccin pasteur et aucun effet secondaire, sauf celui de se dire qu ’il faut faire une deuxième injection.heureusement que j ’ai refusé le pandemrix pour mes enfants, qu ’on m ’a proposé pour avoir qu’une seule injection à leur faire.Mais on ne regrette pas de l ’avoir fait.
Grippe A : Le vaccin Pandemrix de GSK est-il vraiment anodin ? - 3 décembre 2009
Vacciné le 2 décembre nous étions 6 personnes (2 adultes et 4 enfants) Les 4 enfants ont passé une très mauvaise nuit avec fievre, maux de tete et douleurs au bras.idem toute la journée qui a suivi Rien pour les adultes
Grippe A : Le vaccin Pandemrix de GSK est-il vraiment anodin ? - 2 décembre 2009, par Maribel
Je me suis fait vaccinée il y a maintenant 4 heures. Dès la sortie du centre de vaccination, j’ai ressenti des sensations de brûlures au visage et des douleurs lancinantes au niveau de l’avant bras. En arrivant chez moi (3O minutes de trajet) j’ai commencé à ressentir des fourmillements et picotements un peu partout sur le corps (bras, poitrine, mains, pieds, tête... un peu inquiétant quand même. Maintenant je me sens très faible et fatiguée et j’ai mal à la gorge. Je suis assez surprise de la rapidité des effets secondaires. Ma fille de deux ans a reçu le vaccin panenza sans adjuvant et pour le moment elle pète la forme ! Je voulais signaler les effets secondaires sur le site de l’affaps, mais j’ai été très surprise de toutes les démarches qu’il fallait effectué d’autant qu’apparemment seuls les cas graves doivent être rapportés ! Pour quelle raison ? Tous les effets secondaires même minimes devraient être recensés, non ? Surtout pour un vaccin mis sur le marché aussi récemment et pour lequel il y a encore si peu de recul !
Grippe A : Le vaccin Pandemrix de GSK est-il vraiment anodin ? - 2 décembre 2009, par olivier CLEMENT
Comme disait ma grand mère : la fatigue , les douleurs et les courbatures prouvent l’effet du vaccin. Il s’agit quand même de fabriquer des anticorps sur la base d’une quasi-infection. Qu’il y ait des effets secondaire me semble inévitable, ce n’est pas une raison pour ne pas se vacciner et faire courir le risque d’être le vecteur d’une maladie potentiellement grave. Je préfère courir un risque pour les autres que de faire courir un risque aux autres.
Grippe A : Le vaccin Pandemrix de GSK est-il vraiment anodin ? - 1er décembre 2009, par elrach
Je me suis fait vacciner contre la grippe A H1N1 et je n’ai subit aucun symptôme digne de ce nom.
Grippe A : Le vaccin Pandemrix de GSK est-il vraiment anodin ? - 30 novembre 2009, par Bob
Vacciné mercredi 18 novembre avec le pandemrix : deux jours avec fièvre, courbatures, maux de tête, mal au bras (quoique ce doit être la piqure...). En tout cas, pas en forme, "dans le potage"... J’ai découragé des collègues quand ils ont entendu mon témoignage !... Pour autant, j’ai insisté pour qu’ils se fassent vacciner. Il y a des masos...
Grippe A : Le vaccin Pandemrix de GSK est-il vraiment anodin ? - 30 novembre 2009, par Dr Alain Pilorget
Vaccination Pandemrix : Réactions très légèrement supérieures par rapport à celles ayant suivi la vaccination contre la grippe saisonnière 3 semaines auparavant, à peine perceptibles
- petite sensibilité au point d’injection - et très minime fatigue 1 jour ou 2.
Grippe A : Le vaccin Pandemrix de GSK est-il vraiment anodin ? - 28 novembre 2009, par dr philippe e.
j’ai essaye de me faire vacciner le vendredi 13 en fin d’apres midi. le centre etait fermé. le soir meme j’ai eu un enorme coup de barre, que j’aurais attribue au vaccin, s’il avait ete fait. j’ai finalement ete vaccine 10 jours plus tard. toute petite sensation douloureuse les deux soirs suivants en me couchant sur l’epaule piquee. rien de plus.