Un poisson nommé FsePad...

L’iPad se met à la Feuille de Soins Electronique

Après 12 ans de e-purgatoire, c’est le retour du Progrès Partagé !

Une légende tenace prétend que le GIE Sesam-Vitale [1] est un adepte des technologies fossiles comme le port série encore aujourd’hui indispensable au fonctionnement du Protocole Santé Social, une architecture propriétaire de l’Assurance Maladie.

Hélas ce bus RS-232 à la pointe de la modernité lors de l’invention de la micro-informatique a les pistons usés. Il a fait son temps et est bon pour la casse. Mais faute d’évolution du PSS [2], ce connecteur doit être actuellement émulé afin de brancher les terminaux bifentes sur le port USB des ordinateurs. En effet l’archaïque bus série a disparu des desktops et notebooks depuis plus d’une décade. Quoiqu’en dise la Cour des Comptes dans son dernier et contesté rapport, la complexité technique de l’installation des outils de l’assurance maladie est certainement un frein à la généralisation de la Feuille de Soins Electronique (FSE).
Qui en est responsable ? Les industriels selon l’assurance maladie. Dans un récent communiqué de presse, la Fédération LESSSIS s’indigne car selon elle « Dans une récente communication, l’UNCAM évoque l’impréparation des industriels spécialisés pour justifier son report de la « “contribution aux frais de gestion” prévue par la loi pour les professionnels qui ne télétransmettent pas les FSE. »

L’imagination au pouvoir au GIE Sesam Vitale !

Mais nous aurions tort de tirer sur l’ambulance. En ce printemps 2010, le GIE Sesam Vitale fait mentir ses détracteurs et fait sa “révolution culturelle”, en se tournant vers les USA. En effet les industriels français s’avèrent incapables de proposer des progiciels de facturation facilement utilisables.

Une nouvelle version des API [3] Sesam-Vitale et CPS est diffusée depuis le 1er avril 2010. Prouesse à laquelle la technostructure satellite de l’assurance maladie ne nous a pas habituée, le package est compatible avec la version bêta 3.2 du SDK iPhone !

La “Longue Marche” de la sécu vers le 2.0

Encore plus étonnant, le Groupement sort en avant première mondiale iVitale, une innovante application de génération de Feuilles de Soins Electroniques sur l’iPad, le nouveau joujou technologique d’Apple.

Grâce à son module wifi, les lots de FSE peuvent être télétransmis aux box internet sans avoir besoin de relier l’iPad par un câble.

Avec la version 3G, un médecin en visite peut même générer et envoyer immédiatement aux caisses ses factures électroniques.

Dans le Landerneau de la e-santé les experts ont été surpris. Le lancement d’un outil de facturation sur iPad retentit comme un coup de tonnerre dans le ciel figé de l’informatique médicale française.
Pour Apple, le challenge était important. Vous connaissez tous la publicité « Sur l’Iphone, il y a une application pour presque tout ! ». Et bien désormais avec le lancement de FsePad, ce sera « Sur l’Ipad, il y a une application pour tout ! »

Le FsePad, chainon manquant entre feuille de soin électronique et utilisabilité, a été conçu suite à un longue coopération transatlantique lancée il y a plusieurs années avec le Watson [4], dont l’assurance maladie cueille le fruit enfin mûr.
Steve Jobs est depuis longtemps un aficionado des services en ligne de l’assurance maladie comme le web-médecin qui lui aurait même inspiré le modèle économique de l’Apple Store. L’anecdote est peu connue, mais adolescent après avoir rencontré une jeune française lors de vacances, il a été remplaçant appariteur à la prestigieuse EN3S, l’École Nationale Supérieure de Sécurité Sociale. Cette expérience juvénile l’a profondément marqué et c’est là qu’il aurait imaginé le premier Apple.
Le secret industriel a été bien gardé. Peu de gens le savent mais depuis longtemps les ingénieurs de Cupertino sont venus se former à la Direction des Systèmes d’Informations de l’Assurance Maladie. Le stage reste d’ailleurs obligatoire et est considéré comme un parcours initiatique permettant de tester la résistance des informaticiens immergés dans les technologies hostiles du siècle dernier.

La keynote de Frédéric Van Roekeghem

Lors d’une keynote très médiatisée, le directeur de l’Assurance Maladie a présenté à la presse le FsePad, cocktail combinant le meilleur des techniques de pointe franco-américaines !
Frédéric Van Roekeghem explique que c’est pour ne pas dérouter les 20% de médecins, surtout des spécialistes, encore réfractaires à la facturation numérique des actes, que l’iPad a été choisi. « La simplicité d’usage de l’iPad va réconcilier les toubibs avec la sécu ! » promet-il.
Il est vrai que le produit est réussi et ne demande aucune formation particulière. Voilà qui devrait rassurer les Bacs + 10. Afin de ne pas les déstabiliser après plusieurs dizaines d’années de rédaction manuelle de feuille de soins papier, l’application iVitale en reproduit sur son écran la fidèle copie numérique. Il suffit de remplir la iFse en touchant le superbe écran panoramique rétroéclairé par LED de 9,7 pouces.
La résolution de 1 024 x 768 pixels permet de coder facilement la longue Classification Commune des Actes Médicaux (CCAM) dans ses moindres détails, surtout quand on bascule l’appareil en mode paysage. Frédéric Van Roekeghem se fait indiscret et raconte que le prototype de l’iPad devait être carré, mais que la nécessaire compatibilité avec la CCAM a conduit les ingénieurs américains à reconsidérer le format de l’écran.
Bien entendu en secouant l’écran, on efface la FSE en cas d’erreur de saisie. Lors de la validation, on entend en stéréo un ludique bruit de tiroir-caisse.
Le directeur général de la Caisse Nationale d’Assurance-Maladie visiblement séduit par le concept novateur, affirme que le revêtement oléophobique résiste aux traces de doigts et même à la vaseline. Selon lui, c’est donc un produit rêvé pour les urologues, les gynécologues et proctologues surbookés qui n’ont pas forcément le temps de se laver les mains entre chaque consultation.

Malheureusement personne n’a eu le droit de manipuler le FsePad exhibé par Frédéric Van Roekeghem. Est-il en version 1.40 du cahier des charges ? Supporte-t-il le Flash FSE, une technologie qui permet de facturer en moins de 45 secondes ?

Y aura-t-il une application FsePhone ?
Frédéric Van Roekeghem a expliqué qu’il fallait la puissance du processeur A4 pour appréhender la complexité du “parcours de soins coordonné”. Exit dont l’iPhone 3Gs. Par contre il n’est pas exclu que le nouvel iPhone 4HD, multitâche et doté lui aussi d’un moteur1Ghz et d’un écran haute définition, permette la facturation de FSE.

Watson II (le retour)

Dominique Barret qui dirige le techno centre du GIE Sesam-Vitale au Mans enfoui à 200 mètres sous terre, est particulièrement fier de son nouveau bébé et remercie ses équipes techniques. «  C’est un exploit , dit-il, Pour que iVitale bénéficie de l’héritage technologique du Newton, imaginez qu’il a fallu que nos ingénieurs développent sur des ordinateur Bull Micral 30 et 40 ! ».
Il tient d’ailleurs à remercier chaleureusement le docteur Vincent Bouvier [5] , aujourd’hui directeur des Editions du Vidal, mais qui dans une vie antérieure travaillait chez Schlumberger, et qui a pu lui prêter un exemplaire plaqué or du Watson MessagePad 2100, une copie française du Newton.

Vitale Store

De nouvelles applications seront prochainement commercialisées sur Vitale Store, la boutique en ligne de l’Assurance Maladie


Indispensable accessoire pour les professionnels de santé, cet élégant connecteur/lecteur de cartes à puces ne déparera pas la plastique impeccable de l’iPad.


Attention cependant pour les nostalgiques qui souhaitent conserver leurs vieux lecteurs bifentes, il faudra par contre se tourner vers un accessoiriste comme RedPark qui va diffuser cet étonnant connecteur RS-232.

Le pape de la télé-médecine dit oui à l’iPad

Le Docteur Jacques Lucas, vice président du Conseil National de l’Ordre des Médecins et en charge des nouvelles technologies, envisage de nouveaux périphériques pour le iPad. Interviewé par i-med, il estime qu’il existe un potentiel incroyable de développement d’applicatifs de télé-médecine pour le gadget d’Apple. Cardiologue, il imagine pouvoir rapidement prendre la tension, faire des ECG et même des échographies nomades avec son iPad comme il le fait déjà avec son iPhone. Pour lui les professionnels de santé ne pourront pas être tenus longtemps éloignés de ses nouveaux i-outils communicants et ultraportables. Reste à régler le sort de la Carte de Professionnel de Santé, totalement inadaptée à cette informatique nomade. Rappelons qu’un décret “confidentialité” rend obligatoire le passage sous les Fourches Caudines de la CPS pour la transmission et l’accès aux données de santé.
Jacques Lucas nous a annoncé que la future carte ordinale sera virtuelle et hébergé dans les serveurs du Boulevard Haussmann. Grace à la rétro-caméra du iPad la i-card ordinale pourra être projeté holographiquement. Comme le RPPS elle sera déployée dès le 1er avril 2011.

Même son de cloche pour Yannick Motel, directeur général des entreprises des systèmes d’information sanitaires et sociaux (Lessis). Les industriels qui ont raté le coche de la facturation sur l’iPad, travaillent d’arrache-pied sur de nouveaux outils connectés comme un prometteur palpeur de prostate électronique qui permettra aux infirmières de récupérer des données directement sur le terrain, en particulier dans les déserts médicaux. Heureusement, dit-il, «  il est plus rapide de les faire homologuer par Apple que d’obtenir le label du Centre National de Dépôt et d’Agrément pour les progiciels de facturation de la sécurité sociale !  ».
D’ailleurs sur ce projet le Docteur Dominique Dupagne qui vient de lancer avec son compère Phlippe Ameline le site de notation des toubibs par eux même DesBons.com, s’insurge contre ce dépistage pourtant 2.0 du cancer de la prostate.

Michel Gagneux, le président de l’Asip Santé ne tarit pas d’éloge sur cette nouvelle interface patient médecin. Il estime que le référentiel de transmission des données sécurisées entre l’iPad et le Dossier Médical Personnel sera prêt pour l’été 2010. On le croit sur parole. Comme chacun peut le constater en allant chez son médecin ou dans un établissement de santé, le DMP, voulu par la loi du 13 août 2004, est déjà opérationnel pour tous les français depuis le 1er juillet 2007. Afin de lui permettre de gérer la multitude de référentiels en chantier, l’ASIP vient de mettre au point un planning spécial sur iPhone. La version plus confortable pour iPad , qui lui évitera de faire défiler les multiples écrans, est en cours de validation à la MISS et sauf retard devrait lui être offerte pour son deuxième anniversaire à la tête de l’agence.

Seul le docteur Alain Caron, le bougon patron de l’Apicem, est méfiant et n’envisage pas de lancer une version ApicryptPad de son outil de chiffrement. Il est vrai que l’échec du portage sur le minitel de sa technologie l’a rendu prudent.

Le succès mondial de l’iPad entraine le report de la taxation des feuilles de soins papier

Dans la loi du 21 juillet 2009, une disposition instituait une pénalité de 0,50 € pour chaque feuille de soins papier. Cet article avait été retoqué dans plusieurs lois de financement de la sécurité sociale par le Conseil Constitutionnel. La mise en œuvre de cette disposition par l’assurance maladie avait été annoncée pour le 1er avril 2010, c’est à dire simultanément à la sortie de l’iPad. Avec cette application high-tech appareil elle espérait bien couper l’herbe sous le pied de ceux qui prétendent qu’il est compliqué de faire une FSE.
Hélas il y a un grain de sable dans la mécanique bien huilée de la sécurité sociale. Devant le succès outre-atlantique de son iPad, le géant américain en a retardé la distribution en France. Officiellement Apple craint de ne pouvoir fournir en masse les professionnels de santé. Alors que pour une fois l’assurance maladie était prête avant tout le monde, il va falloir patienter encore de longs mois.
La conséquence de la défection d’Apple c’est l’annonce du report de la date d’application de la pénalité à septembre 2011.

Pourquoi une date si tardive pour les pénalités ?
Selon les milieux informés il se dit aussi qu’il y aurait surtout un désaccord financier entre Apple et l’Assurance Maladie. Comme pour iTunes, la firme américaine voudrait prélever 33% des facturations, ce qui fait tousser Éric Woerth, notre ministre du Budget, des comptes publics et de la fonction publique.
Mardi 30 mars à la Maison Blanche, soit 36 heures avant la date fatidique du 1er avril, les présidents américain et français, Barack Obama et Nicolas Sarkozy, ont tenté de trouver un compromis sur ce contentieux économique. Il semble que le président américain se soit vexé des conseils de son homologue français après l’adoption de la réforme historique de l’assurance-maladie US. Devant l’échec des négociations au sommet, la CNAM-TS a été priée de revoir sa copie mais il lui faut du temps d’où ce report dans 18 mois.
Finalement l’iPad risque de faire les frais du patriotisme économique. Nathalie Kosciusko-Morizet [6] vient de déclarer que l’iPad est trop lourd et lui préfèrerait Archos : «  Bon il existe des équipements dont certains sont fabriqués en France qui sont quand même au moins aussi bien. Je pense à la tablette d’Archos. La tablette d’Archos, elle est plus légère. »
Afin de ne pas mettre toutes ses FSE dans le même panier et ne pas se fâcher avec LESSIS, le GIE Sesam-Vitale, décidément surprenant, aurait décidé de porter son application sous Android. Il est loin le temps où le Groupement mettait plusieurs semestres à diffuser des fournitures pour les systèmes d’exploitation les plus récents tout en oubliant Linux !

[1] Groupement d’Intérêt Economique (GIE) constitué en 1993, par les organismes d’Assurance Maladie Obligatoire et Complémentaire (mutuelles, assurances, instituts de prévoyance) pour concevoir et mettre en œuvre des solutions techniques d’échanges avec les Professionnels de Santé

[2] Protocole Santé Social

[3] API ou Application Programming Interfaces : Interfaces programmatiques

[4] Peu de gens s’en souviennent, mais en novembre 1995 il y a eu une première coopération entre Apple et Schlumberger pour produire le Watson . C’était un clone francisé du PDA Newton MessagePad 2100 qui intégrait en plus deux lecteurs de cartes à puce Vitale et CPS. Pour la télétransmission des FSE on le posait sur une une base dotée d’un modem et permettant de le relier à internet. Afin d’adapter le Newton au marché français, Schlumberger en avait entièrement francisé la ROM contenant NewtonOS 2. Un Watson était doté de ROM 2.2.00-0 avec 4020 Ko de RAM contre ROM 2.1 et RAM 3984 pour un Newton MessagePad 2100 US.
Le Watson utilisait un stylet tactile pour écrire directement sur l’écran et était équipé d’un logiciel de gestion du fichier patients. Selon diverses sources, le prix en 1997 pour une unité de Watson était de 12 000 Fr de l’époque, soit plus de 1 800 €. L’annulation du programme Newton par Apple en Février 1998 a entrainé la fin du développement du Watson par Schlumberger.

[5] Vincent Bouvier avant de rejoindre le Réseau Santé Social en 1998 a passé trois ans chez Schlumberger en tant que responsable marketing Europe pour les produits cartes et terminaux santé.

[6] secrétaire d’État à la prospective et au développement de l’économie numérique, auprès du Premier ministre

publié le 15 avril 2010 par @Fraslin

Poster un nouveau commentaire

9 commentaire(s)
L’iPad se met à la Feuille de Soins Electronique - 6 septembre 2012, par Gilou88 - source
Excellent ce genre d’application ! Plus légèrement, j’ai aussi entendu parler de SerieVore : ça marche notamment avec l’iPhone 4S pour les séries. Ah que l’on va pouvoir se faire plaisir entre Dexter, Breaking Bad et j’en passe ! Merci l’iPhone 4S et merci Apple ;)
L’iPad se met à la Feuille de Soins Electronique - 1er mai 2012

Merci pour cet article très complet sur le sujet.

comparatif tablette

tablette android

Quelle tablette choisir ? Acheter au meilleur prix S’équiper d’une tablette tactile

tablette acer

L’iPad se met à la Feuille de Soins Electronique - 17 juin 2011, par Arlen
I must admit that that is one great insight. It surely gives an organization the chance to get in on the ground flooring and actually take part in creating one thing particular and tailor-made to their needs. =-=
L’iPad se met à la Feuille de Soins Electronique - 15 octobre 2010, par Arnaud

C’est une blague ?

Ah si ca pouvait etre vrai ! ca simplifierait bien les choses !

L’iPad se met à la Feuille de Soins Electronique - 23 avril 2010, par Nicolas
Je ne doute pas une seconde que le code source de l’appli est libre et ouvert afin de pouvoir être porté sur d’autres i-choses et j’ose espérer que le ou les formats utilisés le sont tout autant (ouverts et bien documentés) afin de permettre une libre et saine concurrence !
L’iPad se met à la Feuille de Soins Electronique - 19 avril 2010
e-larant
L’iPad se met à la Feuille de Soins Electronique - 18 avril 2010, par JLC

En fait la taille de l’écran a été optimisée pour permettre au Dr Luc@s de s’identifier sur la messagerie du CNOM. En y apposant sa dextre, un module de reconnaissance permet directement de prendre connaissance des messages iCNOM.

Merci Steve.

L’iPad se met à la Feuille de Soins Electronique - 17 avril 2010, par Jacques Lucas.
Je vois, avec satisfaction, que JJF n’attend pas les effusions de l’E-Sprit de Pentecôte et se console ainsi, dans son imaginaire fécond, du nuage qui lui interdit temporairement le Ciel. En ce qui me concerne, les V@TICânistes se perdent en conjectures : suis-je sous le coup du risque de l’excommunication majeure laete sentenciae :-) ? Jacques Lucas. CNOM.
L’iPad se met à la Feuille de Soins Electronique - 17 avril 2010
Désopilant !


Warning: preg_split() [function.preg-split]: Compilation failed: POSIX named classes are supported only within a class at offset 13 in /home/imedupoz/www/ecrire/inc/syndic.php on line 145

Warning: preg_match_all() [function.preg-match-all]: Compilation failed: POSIX named classes are supported only within a class at offset 14 in /home/imedupoz/www/ecrire/inc/syndic.php on line 166