Chronique télétransatlantique 2 juin 1999

3 novembre 19986 novembre 19989 novembre 199810 novembre 199812 novembre 199813 novembre 1998
17 novembre 199818 novembre 199819 novembre 199820 novembre 199830 novembre 1998 2 décembre 1998
23 décembre 1998 6 janvier 19997 janvier 19998 janvier 199911 janvier 199913 janvier 1999
14 janvier 199915 janvier 199918 janvier 199920 janvier 199922 janvier 199922 janvier 1999
28 janvier 19992 février 19994 février 19995 février 19999 février 199911 février 1999
13 février 199917 février 199918 février 199922 février 199922 février 199925 février 1999
27 février 19995 mars 19998 mars 199910 mars 199923 mars 199930 mars 1999
8 avril 199915 avril 199910 mai 199912 mai 199919 mai 199920 mai 1999
22 mai 19991 juin 19992 juin 1999 3 juin 19999 juin 199910 juin 1999
27 juillet 19995 septembre 199922 septembre 19996 octobre 19995 février 20005 mars 2000

Hier a été publié dans le Quotidien du médecin un courrier du Pr Jean-Marc Brébion :
"Télétransmission, une triple charge : .../... La dernière charge est de responsabilité. Jusqu’à présent, le médecin était responsable de la pertinence et de la qualité des soins qu’il prodiguait à ses patients - ce qui était dans la nature des choses -, il le devient de leur remboursement - ce qui ne l’est guère. "

RESPONSABILITÉ DU PRATICIEN EN CAS DE CHANGEMENT DE RÉGIME PAR L’ASSURÉ :
La semaine dernière, j’ai été contraint, à la demande de la patiente non remboursée, de refaire un duplicata papier d’une FSE émise le 22 février 1999. Pourtant, pour cette feuille électronique, je possède un ARL positif et je n’ai eu aucun retour Noemie me signalant une quelconque anomalie. Malgré cela, cette consultation n’était pas réglée à l’assuré plus de 3 mois après son émission.

Cette patiente est une dangereuse récidiviste. Début février 1999, la MG PTT du Pas de Calais m’avait adressé un courrier précisant que la facture n’avait pu être traitée car "l’assuré dépend de la MG PTT de Loire Atlantique". Plus tard, je fus longuement appelé par la responsable de la télétransmission de cette caisse, qui m’expliqua que la FSE ne pouvait être traitée par ses services, la personne ayant déménagée. Nous avons convenu qu’il était regrettable que la vilaine n’ait pas mis sa carte à jour dans une des bornes dispersées dans toute la France, par le mirifique projet SESAM-VITALE. Je lui avais répondu que contrairement à la procédure exigée par ses services qui m’enjoignait de refaire une feuille papier, j’avais un ARL positif pour la FSE déménageuse. Ponce Pilate de la télétransmission, dorénavant je m’en lavais les mains, à son organisme de recycler sa FSE périmée et d’envoyer vers qui de droit la délictueuse. Le retraité André Loth, ex grand prêtre de Sesam-Vitale qui avait gravé les tables de la télétransmission dans le marbre de la CNAM, avait confirmé alors mon analyse.

Nullement échaudée par cette expérience, la patiente revint me voir en consultation et attendit encore quelques semaines pour mettre sa carte à jour... Contrairement à la réglementation, la MGPTT du Pas de Calais a probablement classé verticalement la FSE récidiviste, se déchargeant de sa gestion sur le praticien émetteur.

publié le 2 juin 1999 par jjf