Chronique télétransatlantique 3 juin 1999

3 novembre 19986 novembre 19989 novembre 199810 novembre 199812 novembre 199813 novembre 1998
17 novembre 199818 novembre 199819 novembre 199820 novembre 199830 novembre 1998 2 décembre 1998
23 décembre 1998 6 janvier 19997 janvier 19998 janvier 199911 janvier 199913 janvier 1999
14 janvier 199915 janvier 199918 janvier 199920 janvier 199922 janvier 199922 janvier 1999
28 janvier 19992 février 19994 février 19995 février 19999 février 199911 février 1999
13 février 199917 février 199918 février 199922 février 199922 février 199925 février 1999
27 février 19995 mars 19998 mars 199910 mars 199923 mars 199930 mars 1999
8 avril 199915 avril 199910 mai 199912 mai 199919 mai 199920 mai 1999
22 mai 19991 juin 19992 juin 1999 3 juin 19999 juin 199910 juin 1999
27 juillet 19995 septembre 199922 septembre 19996 octobre 19995 février 20005 mars 2000

Ne plus télétransmettre depuis 7 jours est très reposant.

Mon progiciel de télétransmission ne plante pas, car je ne l’utilise plus... Mon application ne modifie plus l’orthographe des noms et prénoms des patients. Je suis très attaché aux accents et autres traits d’union... Il ne fabrique plus de fiches en double...
Après 7 mois de télétransmission forcée, le retour à la feuille papier fait effectivement gagner du temps. Il n’y a plus à attendre que le patient désespérément retrouve sa carte Vitale.
Nous n’avons plus à se poser la question de savoir si on peut utiliser la carte comme dans les actes obligatoires du nourrisson ou de la grossesse.
Il n’est plus utile d’essuyer la carte ou de la renfoncer plusieurs fois pour qu’elle soit reconnue par le bifente. On n’a plus à cocher la case "Accident".
Il n’est plus nécessaire d’expliquer que la carte Vitale n’est pas un titre de paiement ou qu’elle n’est pas utilisable car elle n’est pas à jour. On n’a plus à courir après l’assuré insouciant qui a oublié la carte verte dans le lecteur.
On ne reçoit plus de coup de téléphone des patients "Docteur, vous avez oublié de me donner ma feuille de sécurité sociale !". Le soir, il n’est plus impératif de tenter 3 ou 4 fois l’envoi des lots... Heureux présage, le 1 er juin, j’ai essayé par deux fois d’envoyer un reliquat de FSE. Le RSS sans doute solidaire avec les grévistes, m’a refoulé.

Bref, c’est le bonheur loin du progrès partagé...

publié le 3 juin 1999 par jjf